google-site-verification=XjeqrxxVVncEHgwsgaBGj30F6gOqFPSIv26IT232d9A google-site-verification: google1097cf3dc995b915.html
 
 Chris Combette.jpg
  • Facebook
  • Instagram
  • YouTube
  • LinkedIn
  • Twitter
  • 1006771
  • 1006771

Chris Combette

Chris est né en Guyane en 1955, au sein d’une famille martiniquaise. Troisième d’une fratrie de six garçons, il apprend la guitare en observant ses grands frères, après l’école. Passionné par la guitare basse, il intègre son premier groupe, les “Agils”, fondés dans le giron familial par les ados : Chris Combette a quatorze ans, son petit frère Charles est aux percussions, deux cousins sont de la partie à la guitare, à la batterie et au chant. Les collégiens animent des surprises-parties et interprètent des reprises, leur répertoire favori est celui d’un orchestre antillo-africain à succès, le Rico Jazz.

 

Puis viennent les années 70, l'époque des bals et de la grande vogue du konpa d’Haïti. Dans plusieurs groupes, dont les "Thunders” il est bassiste et animes soirées rythmées par toutes les influences musicales de la Caraïbe ; bossa-nova, konpa, calypso, mazurka, biguine, etc. L’épopée se poursuit avec les bals mémorables du groupe “Puissance 8", il est toujours àla basse… tout en préparant son bac.

 

Chris quitte la Martinique en 1975 pour des études d’informatique à Montpellier. Son DUT en poche, il ne cesse de passer d’un côté à l’autre de l’Atlantique. Il part enseigner les mathématiques en Guadeloupe, se familiarise avec les percussions et reste particulièrement influencer par le tambour “gwo ka”. De retour à Paris, il fréquente plusieurs groupes en tant que bassiste et guitariste tout en travaillant dans l’informatique. Il écrit sa première chanson“Pas ça” en 1979 et prend goût à la composition. Après une nouvelle année d’enseignementen Guyane, il rentre à Paris et prépare sa maîtrise d’informatique. Puis il revient un an en Martinique, où il est le bassiste du groupe “Cristal”, avec Franck Donatien (Taxi Créole), Tony Chasseur, Pipo Gertrude (Malavoi), Philippe Joseph (Kassav’) et continue l’enseignement.